Tous les articles par Yogash

Article du Monde « Yoga et techno planante (…) »

Article paru dans Le Monde suite au Festival Experiment Intrinsic, août 2017, où j’étais invitée à servir le Cacao et enseigner le Kundalini Yoga

http://www.lemonde.fr/la-route-des-festivals/article/2017/08/05/yoga-et-techno-planante-chez-josephine-baker_5169029_5151848.html#vGtO6Yz4UsDBFfyV.99
Délocalisé dans le jardin attenant au château périgourdin où vécut la meneuse de revue, le festival anglais Intrinsic mêle musique électro, projections audiovisuelles et ateliers favorisant le bien-être personnel.

024a3b3_10131-6k63sf.j2ml9grpb9

3f340c6_20413-vr50kz.yqfe6ogvi

ddda453_14408-1i6z92w.c3q4wvcxr
Une grosse envie de lâcher prise, « à l’écart de la civilisation et de la vie urbaine » ? D’écouter de la techno planante, avachi sur des poufs XXL ? D’expérimenter des techniques de relaxation à base de gong himalayen et de cacao du Costa Rica ? Alors hâtez-vous – lentement, s’entend – au festival Intrinsic qui se tient jusqu’à dimanche à Castelnaud-la-Chapelle (Dordogne). À ceux, en revanche, que les mantras et les sushis végans rendent malades, on conseillera plutôt de rester chez eux ou d’attendre sagement le Motocultor Festival, petit frère du Hellfest qui se déroulera à la fin du mois dans le Morbihan.
De tous les festivals auxquels nous avons assisté depuis le début de l’été, celui-ci est sans conteste le plus original. L’un des moins fréquentés également : 170 personnes – originaires de France, du Royaume Uni, d’Allemagne et d’Espagne – sont attendues par Nathalia Petkova, une DJ bulgare de musique techno vivant à Londres depuis huit ans. C’est précisément dans la capitale britannique qu’ont eu lieu les cinq premières éditions de cette manifestation mêlant musique électronique, projections audiovisuelles et méditation. « Il existe plein d’événements pour chacune de ces disciplines, mais aucun où toutes seraient combinées dans un seul but : favoriser le bien-être personnel. En ce sens, Intrinsic est unique », explique la musicienne, elle-même adepte de yoga.

C’est sur l’idée d’un fan basé en Dordogne que Nathalia Petkova a décidé de délocaliser sa manifestation dans la vallée des châteaux du Périgord noir. Le festival a investi le jardin que Joséphine Baker et son mari Jo Bouillon ont créé à la fin des années 1940 en contrebas de leur demeure, le château des Milandes. Du vivant de la chanteuse qui l’avait imaginé comme un « village du monde », le parc accueillit des spectacles et des conférences sur la paix et la fraternité.

Doté d’un restaurant et d’une piscine en forme de J, il est aujourd’hui un lieu voué à la culture et à l’éducation. Impossible de trouver meilleur endroit pour convier – à raison de 140 euros les trois jours, plus 330 euros la location d’une tente cinq places sur le camping attenant – une population avide d’expérience cognitive.
Ce qui a motivé Nathalia Petkova d’organiser un événement aussi singulier est d’échapper aux us et coutumes de la dance musique. La DJ s’est vite lassée des clubbeurs « qui n’écoutent pas la musique mais ne pensent qu’à danser », de ceux qui sont là « uniquement pour consommer des drogues » et des « promoteurs dont le seul but est de faire du fric ». « À un moment donné, je me suis demandé ce que je faisais là », confie-t-elle. À Intrinsic, aucune piste de danse n’a été installée ; aucune substance illicite n’est souhaitée par ailleurs sur le site, comme le réclament des affichettes.

On trouvera en revanche une programmation artistique principalement axée sur l’ambient, ce sous-genre de la musique électronique favorisant les atmosphères paisibles et contemplatives. Une vingtaine de DJ et de musiciens se succèdent, de midi à 5 h du matin, sur les trois scènes installées pour l’occasion, dont l’une dans l’ancien théâtre cubain imaginé par Joséphine Baker. Des experts en mapping vidéo – fresques lumineuses projetées sur des murs ou des structures en relief – s’activent à la nuit tombée.

La journée est occupée par un certain nombre d’activités de bien-être : séances de yoga, bains de gong, bols chantants tibétains, cérémonie du cacao, relaxation aquatique, récitation de mantras, exercices vocaux « dans l’esprit de sagesse inspiré par la rivière grecque Lousios » (dans laquelle Zeus fut lavé après sa naissance)… Le but : se reconnecter à sa propre énergie, débarrasser son subconscient de ses pensées négatives, évacuer stress et anxiété… Tout cela à travers « une expérimentation sans limite avec les arts », assène Nathalia Petkova.
Il faudra sans doute attendre dimanche soir pour mesurer les effets du programme mis en place par la DJ sur les festivaliers. La première journée a montré ceux-ci plutôt disponibles et ouverts à l’invitation au farniente immersif proposé par Intrinsic. Comme disait une participante, allongée sur un gros coussin en toile de jute en attendant le set planant de Shcaa, un jeune DJ-guitariste français installé à Londres : « Est-ce qu’à un moment, on pourra sortir du sommeil ? »

Sorcières ou Femmes de connaissance ?

Sorcières ou Femmes de connaissance ? La Sagesse spirituelle à l’arrière de la Magie de la Vie…

Toutes les traditions mettent en gardent contre l’égarement dans les super pouvoirs et la nécessité de se recueillir dans des valeurs spirituelles pour manipuler avec justesse les forces de la Création… Quels sont les grands piliers de Sagesse qui permettent d’accéder à la Puissance créatrice primordiale, tout en restant équilibrées et protégées ? La voie de la Médecine holistique est un engagement de l’être tout entier qui fait de nous des Guerrières de la Vie, activant la Magie des univers par l’intensité de notre Dévotion au divin…

 

Le temps des sorcières brûlées est-il vraiment terminé ?

Il y a quelques décennies, mon ami Biraci Yaanawa chef d’une communauté native d’Amazonie brésilienne, se retrouvait au milieu de ses mère, tantes et grands-mères absorbées par la lecture de la Bible offerte par les évangélistes de passage. Il a eu un sursaut : « Lâchez ce livre ! Dansons comme avant ! » Et il s’est entendu dire « Non, Fils, nos coutumes sont du Diable… » Aujourd’hui la communauté Yawanawa a opéré une résilience surprenante face aux forces extérieures l’ayant confrontée. Les femmes ont recommencé à chanter dans leur langue et beaucoup des rituels diabolisés ont été repris. Mais leur médecine traditionnelle, basée sur l’usage de plantes dont certaines sont interdites en France, est encore incomprise et souvent rejetée par nos sociétés.

Quand nos sociétés rejettent la médecine amazonienne en la considérant sans fondement, hallucinatoire et dangereuse pour l’équilibre psychique, elles rejettent en même temps les mystères les plus anciens des Peuples Premiers qui leur ont permis de vivre en harmonie avec les règnes et d’épanouir leur intelligence propre pendant des millénaires. Elles rejettent aussi une manière d’être intuitive, proche de l’essence de la vie et de ses canaux – tels le monde végétal vibrant, une manière profondément féminine de s’abandonner à la perfection de la matière sacrée. Ainsi chez nous, l’accouchement médicalisé a pris le dessus et dépossédé la femme de son pouvoir naturel à enfanter, aux risques de complications finalement plus nombreuses que dans des sociétés révérant spontanément le mystère de la vie et l’intelligence naturelle de ses chemins (voir notamment Ina May Gasquin).

 

Il y a pourtant une vraie science à l’arrière de certaines pratiques holistiques ancestrales qui collaborent avec la magie de la vie.

La médecine végétaliste (amazonienne) s’appuie sur un corpus complexe de plantes, pratiques alimentaires et rituelles associées, chants, véhicules graphiques et vibratoires, systèmes totémiques et archétypaux faisant danser les mondes intérieurs de la psyché, enseignements et valeurs fondamentales tissant le lien à la Vie… (voir notamment Jacques Mabit). L’image classique de la sorcière sur son balai fait référence elle aussi à une connaissance plus approfondie qu’on ne l’aurait imaginé : certaines plantes psychoactives comme la Datura, permettant de traverser les mondes psychiques et spirituels en « volant », ont été appliquées par des femmes de connaissance sur la muqueuse de leur vagin grâce à un instrument semblable à un manche à balai…

Si nous reprenons l’analogie avec le rapport à l’accouchement que nous entretenons dans nos sociétés, nous pouvons comprendre en quoi la science à l’arrière des pratiques holistiques ancestrales peut paraître un mirage. En effet, une femme de nos sociétés n’ayant cultivé aucun rapport à l’intelligence de son corps et de la nature et décidant brutalement d’accoucher seule dans la nature, pourrait bien échouer à se reconnecter à son identité de femme sauvage. Elle ne saura certainement pas retrouvé le chemin des positions, du souffle, des sons… favorisant une naissance harmonieuse. Alors, pourra-t-on se dire, cette sagesse intuitive et spontanée existe-t-elle vraiment ou bien n’est-elle qu’un fantasme ? Il faut comprendre que les habitudes et les traumas d’une vie (et de nombreuses vies passées personnelles et collectives) s’impriment en tensions et mémoires dans le corps humain, lequel est alors coupé de sa puissance originelle. Dans ce contexte, retrouver le lien à la Vie et à son intelligence est bien une affaire de connaissance.

sage-femme4 Paganeu1

Certes le mauvais usage de la connaissance spirituelle existe aussi. 

Sexe, Argent et Pouvoir sont les principaux pièges qui se trouvent sur le chemin de la connaissance (Yogi bhajan). Les néophytes sont souvent étonnés et découragés de voir certains enseignants spirituels tombés dans ces travers humains : « Alors dans le monde spirituel aussi, il y a des histoires de corruption, d’abus sexuel et d’égos ? Ha quoi bon s’y aventurer ?! » Et c’est que ces histoires peuvent être même plus dangereuses qu’ailleurs !

Combien d’enseignants de yoga ou de méditation au charisme international ont-ils déçu leurs disciples avec des histoires discréditant leur accomplissement ? Combien de disciples ont alors perdu le sens de leur vie, en perdant l’un des principaux référentiels qui leur permettait de se mouvoir hors de leurs conditionnements passés sans savoir encore vers quelle autre identité se rattacher ?

Mère (Mira Alfassa) mentionne les forces asuriques (diaboliques) de l’univers pouvant se cacher à l’arrière de personnalités détentrices de grande connaissance. Ces forces sont d’une puissance à ne pas sous-estimer et peuvent créer, sous couvert de lumière et de connaissance, de forts emprisonnement et tromperies.

Le mauvais usage de la connaissance n’est d’ailleurs même pas toujours camouflé. Chez les tribus amazoniennes, il n’est pas rare de voir des apprentis sorciers utiliser les plantes de pouvoir pour s’affronter entre eux et se prouver qui est le plus fort. C’est ainsi que les Yawanawa ont arrêté d’utiliser la Datura pour éviter de voir des membres de leur peuple en perdre la vie. Ils ont aussi suspendu le rituel initiatique qui consistait à tuer une personne à distance pour prouver qu’on était capable de le faire…

14711258_10154916542778132_5657195924436783435_o

Si la folie spirituelle nous guette de si près sur le chemin, c’est que la maturation spirituelle est un renversement progressif de tous nos référentiels ordinaires de conscience.

Pour retourner à la Source, là où il n’y a pas de règles, de formes, de limites, les enseignements nous remettent en question de fond en comble. Tous nos masques doivent tomber ; les moins évidents qui nous trompent nous-mêmes doivent être mis en lumière par des expériences qui nous confrontent, nous forçant à regarder dans les profondeurs de nos dysfonctionnements. Les pièges sont donc en fait des tremplins destinés à précipiter nos retrouvailles avec nous-mêmes : ils font partie du cheminement initiatique

Yogi Bhajan annonçait le passage délicat de la métamorphose ainsi : « Lorsque vous ne saurez plus qui a raison ou tort, vous serez proches du but ». En effet, les moindres résidus de systèmes de croyances et de référentiels conditionnés devant être dissous, dépassés, il s’agit – à un moment ultime – de pénétrer un chaos absolu… Alors les structures les plus essentielles et inébranlables du Soi pourront être révélées, des structures soutenant une vie intérieure radicalement nouvelle, pleinement reliée à la lumière, à l’amour et à l’éternité de l’Unité.

Lorsque l’on passe par ces expériences de confrontation, c’est comme passer les portes de la trance chamanique : on laisse nos habits anciens derrière nous et on part pour un voyage vers l’Inconnu où l’on peut explorer les différents points de vue de la Création. Le risque est de ne pas revenir du voyage. Le risque des passages initiatiques est que notre psyché soit tant déstructurée par la confrontation que nous ne puissions retrouver une cohésion de nous-mêmes.

db3f9932e7732d3990018e8446c69c45

Comment trouver l’équilibre sur la voie ?

Les vrais enseignants prennent garde à ne pas renverser nos structures trop rapidement. Babaji propose un système de Yoga très progressif et diffus pour une transformation pourtant radicale. Son enseignement demande de ne pas créer de divorces dans nos vies.

Dans le yoga comme dans la voie chamanique amazonienne, on renforce le système nerveux pour prépare l’être à accueillir la force phénoménale de sa puissance créatrice (Kundalini). Les valeurs comme le courage et la détermination découlent d’une force de concentration et d’un système physique sain et stable. Le travail avec les plantes maîtresses amazoniennes est traditionnellement accompagné d’un mode de vie ascétique qui permet d’apporter aux expériences d’ouverture de conscience beaucoup de sérieux et de responsabilisation.

Egalement, les traditions offrent un maillage de relations qui permettent aux initiés de se sentir reliés quand ils traversent les étapes les plus éprouvantes de leurs vies. Les communautés natives privilégient le Cercle, entre humains et avec tous les règnes (le Cercle avec les Règnes et les esprits de l’Invisible se construit notamment par la Gratitude et la Reconnaissance profonde). Les traditions orientales pratiquent le Cercle dans la vie de la Sangat, la communauté des chercheurs de vérité, où nous trouvons une écoute authentique et un soutien spirituel concret (l’unification de la Sangat se fait par le lien à une lignée et à un héritage spirituels, la communauté d’une voie ou dharma ; on peut se sentir relié à la Sangat avant de comprendre son lien central aux enseignements).

Enfin, face à la mort qui est l’étape initiatique finale sur la Voie de la Connaissance et de la Réalisation, il est demandé un engagement total et une dévotion sans limite… On retrouve le rôle et l’impact central de la mort dans de nombreux enseignements spirituels. Dans le Manuscrit de Magdalen (Tom Kenyon et Judi Sion), l’initiée révèle comment Yeshuah n’avait pas encore finalisé sa transformation avant de mourir sur sa croix : Yeshuah oscillait entre deux états de conscience, celui d’unité avec le Divin (« moi et le Père sommes Un ») et celui de non-existence vis-à-vis du divin (« sans le Père je ne suis rien »). La relation d’amour tantrique de Yeshuah à Magdalen aurait eu comme but principal de préparer (« charger ») Yeshuah pour son dernier chapitre initiatique. Yogananda rapporte l’histoire de Babaji suggérant à l’un de ses disciples de se jeter d’une falaise ; il le ressuscitera ensuite et pourra alors avoir gage de sa dévotion pour l’accepter comme disciple. « Il se leva (…) demandant la tête d’un jeune courageux. Beaucoup s’enfuirent et se cachèrent alors, Mais pour ceux qui lui donnèrent leur vie, Leurs âmes furent glorifiées (…) Car mourir pour la vérité c’est vivre pour toujours » résume le chant de Yogi Bhajan, pour inspirer l’incandescence de la volonté unifiée dans le cœur de ses élèves…

Plus notre abandon pour servir la Vie est authentique et profond et plus nous pouvons être alignées avec la descente de l’esprit guérisseur dans la matière, ses miracles et toutes les magies sacrées des univers.

17821326_1626902540657783_820237278_n

Solen Amenarah Mukhande Kaur

 

 

Harmoniepsy Rencontre avec Solen

Harmoniepsy « Entre ici et ailleurs, initier un dialogue harmonieux » interview Solen Mukhande, en 2017.

Liste des chapitres:
1) Quel est votre parcours ? Avez-vous vécu des moments d’ouverture de conscience particuliers ? (1:42)

2) Quand vous étiez plus jeune, aviez-vous une ouverture sur le sacré ? Sur d’autres dimensions de l’Être et de l’Univers ? (7:39)

3) Quelles traditions et enseignements vous ont marqué dans votre cheminement ? Quelles rencontres ont compté pour vous particulièrement ? (10:33)

4) Vous avez également créé l’association Yogash. Pour quelles raisons et quelles actions ? (23:54)

5) Vous évoquiez l’origine des enseignements de Yogi Bhajan qui a diffusé le Kundalini Yoga en Occident. Qu’avez-vous perçu à ce sujet ? (28:30)

6) Selon vous, quels sont les freins à l’émergence d’une société plus respectueuse de la Terre,
et notamment en France ? (34:11)

7) Quels sont les accompagnements thérapeutiques que vous proposez ? (37:45)

8) Quelle est l’essence du mode de vie yogique au quotidien pour vous ? (46:27)

9) Si l’on aborde la question des effets de notre régime alimentaire sur un plan sanitaire, psycho-émotionnel et de développement spirituel… Certains considèrent que l’essentiel serait de développer notre capacité à intégrer et « transmuter » la nourriture, plutôt que de s’inscrire dans une trop grande sélectivité, un trop grand rigorisme. Qu’en pensez-vous ? (54:48)

10) Concernant votre pratique de soins chamaniques et énergétiques… Serait-il possible de l’évoquer plus spécifiquement ? Quelles « techniques » utilisez-vous ? (59:06)

11) Vous proposez des accompagnements à la naissance en tant que doula également. Pouvez-vous en parler ? (1:07:41)

12) Quel est le sens de la vie pour vous ? (1:14:00)

13) Devant la crise que traverse actuellement l’humanité, comment pouvons-nous collectivement prendre une voie de vie et de lumière plutôt qu’un chemin de mort et d’ombre ? (1:16:29)

14) Chant de Solen AMK accompagné de tambour. (1:19:06)

________

Mukhande Kaur alias Solen Amk est thérapeute holistique. Initiée par les indiens Yawanawa d’Amazonie et dans les systèmes du Kundalini Yoga et du Kriya Yoga, elle est maintenant dévouée à la voix de ses guides, SIBA et Mahavatar Kriya Babaji.

Elle propose des parcours et soins chamaniques, des enseignements de yoga et des pratiques particulières autour de la Naissance en tant que doula.

Elle a créé l’association Yogash, afin de contribuer notamment à l’émergence d’une société plus respectueuse de la Terre.

Solen AMK décrit une partie de son parcours et de ses aspirations dans son livre : « Rêver une nouvelle Terre » aux éditions du Souffle d’Or.

Site Internet d’Harmoniepsy : www.harmoniepsy.com

 

 

Le livre Femmes du Monde, Mères du Nouveau Monde

Contribution de Solen Mukhande au livre Femmes du Monde, Mères du Nouveau Monde de Véronique Cloitre:

« La violence que j’ai ressentie et ressens encore dans notre relation avec la Terre-Mère m’a plongée dans beaucoup de tristesse et de colère, et m’a fait fuir loin de ma région natale. Arrivée en Amazonie, j’ai prié les Indiens de me laisser vivre au milieu de leur jungle ! Ils ont rigolé, me disant que je n’y survivrais pas… Alors, j’ai peu à peu suivi leurs conseils afin de comprendre ma torpeur et trouver la force de servir le perfectionnement subtil de l’espèce humaine.

Notre relation à la Terre, comme notre relation au corps, ou celle du masculin avec le féminin, sont fondées sur des notions d’appropriation et des comportements de déni ou de manipulation plus ou moins conscients. Selon le premier enseignement des sagesses ancestrales, nous devrions plutôt remercier nos relations puisqu’elles représentent des manifestations de la Conscience. J’ai vu les peuples racines entretenir avec leurs écosystèmes, au travers de leurs pensées, de leurs mots et de leurs gestes, des relations immensément chargées de considération, de tendresse et d’amour, comme s’il s’agissait de relations interpersonnelles. Les anciens ont conscience que les formes de la nature auxquelles ils s’adressent font partie d’un plus grand tout. Ils remercient la pluie, le soleil et la lune mais au fond, ils chantent une ode de tout leur être à la majestueuse matrice qui délie véritablement leur épanouissement.

À la femme, il est donné d’expérimenter dans son corps la grandiose force sous-jacente qui engendre la vie jusque dans les royaumes les plus grossiers de notre matérialité. Lorsqu’elle transcende la douleur perçante d’un accouchement dans une gratitude sans fin, elle est complètement unie à l’impulsion de la conscience des origines. Lorsqu’elle se sacrifie pour ses enfants, déplace des montagnes pour les nourrir, ou encore tressaille quand un danger menace sa descendance, elle puise dans des ressources internes qui dépassent l’entendement. Elle porte ainsi une grande responsabilité. Dans sa connexion particulièrement intime avec la force créatrice primordiale qui anime la Terre et les êtres, la femme porte un trésor de sagesse dans ses entrailles. Elle peut devenir un exemple vivant de foi, de grâce et de noblesse, marquant et orientant l’histoire de manière unique. Ou alors provoquer la destruction, si elle mêle à cette force incommensurable ses caprices, sa jalousie et sa tendance à la séduction. Elle peut guider l’humanité vers ce qui est nécessaire à sa préservation ou bien, si elle n’accorde pas suffisamment de respect et d’attention à son pouvoir, exacerber les passions humaines jusqu’à leurs plus grandes démesures. »

Message: En ces temps fragiles de transition planétaire, il est prioritaire que la femme déploie des efforts quotidiens pour renforcer sa pure connexion à sa divine unité intérieure. »

9782703310600_1

Femmes du monde

Mères du nouveau Monde

Partez à la rencontre du Féminin sacré.

Dans sa première partie, ce livre explore le Féminin blessé, avec une thématique qui concerne directement cette moitié du monde que sont les femmes et, par résonance, cette autre moitié masculine. La synthèse de la situation des femmes est proposée de manière originale avec des témoignages, photographies, poèmes, dessins et citations.

Dans une seconde partie, sont mis en évidence tous les changements positifs qui prennent place en ces temps de transformation : des énergies féminines s’assemblent pour créer un monde de paix. Ce sont des femmes qui se relèvent, reprennent possession de leur vie et disent stop à la violence sous quelque forme que ce soit. Ces défricheuses ensemencent la Terre de leur Divinité et ouvrent le cœur des hommes. Elles sont pour la plupart des femmes de l’ombre. En déployant leur Féminin Sacré, elles sont les Mères du Nouveau Monde et délivrent chacune, par leur expérience, un message universel porteur d’espoir.

Les femmes ont reçu le don sacré de donner la vie. Aujourd’hui, elles œuvrent ensemble pour réenfanter le monde ! Et appellent les hommes à les rejoindre. C’est le temps de la réconciliation entre nous, hommes et femmes et en nous, masculin et féminin, afin de rééquilibrer les valeurs du monde.

Par Véronique Cloitre aux éd. Dangles. Commander ici.

KY pour l’ère du Verseau déc 2016

3 postures dynamiques de base

Réponse à la Mikarama du Yoga Journal de novembre 2016

Bonjour à tous,

En tant qu’enseignante de Yoga, je souhaite apporter un complément d’information sur un sujet évoqué dans la dernière Mikarama. L’habit blanc, de fibre naturelle et le fait de ne pas couper poils et cheveux, est une technologie subtile qui nous porte au travers des temps chaotiques de la grande transition planétaire que nous vivons actuellement.

Les cheveux sont des antennes qui captent et transmettent une importante quantité d’information et d’énergie dans le corps. Les sourcils détectent le plus rapidement d’éventuels dangers qui se présentent devant notre visage. Les poils du menton, des aisselles, des jambes ont aussi des fonctionnalités spécifiques, comme le renforcement du système nerveux. Le blanc, en tant que spectre lumineux intégrant toutes les couleurs, impacte notre aura, ce réceptacle électromagnétique de nos émotions et de nos expériences de vie, afin que nous soyons plus empreints d’acceptation et de compassion.

Ces enseignements sont présents dans différentes lignes de yoga (Kundalini, Kriya) qui se préoccupent de guider leurs pratiquants sur un chemin réunissant la discipline purificatrice et la vie mystique d’expression en symbiose avec leur environnement. Nous entrons dans un passage étroit de notre évolution collective, pleine de paradoxes et de pression : ces outils sont là pour nous soutenir.

Bénédictions,

Mukhande Kaur, www.yogash.org, auteure de Rêver une Nouvelle Terre (Souffle d’Or)

33ème pauri du Japji pour détruire l’ego et éliminer la négativité


Aakhan jor, Chupai neh jor,
Jor na mangan dayn na jor
Jor na jeevan maran neh jor
Jor na raaj maal man sor
Jor na surtee giaan vechaar
Jor na jugatee chutai sansaar
Jis hath jor kar vekhai so-i
Nanak utam neech na ko-i

Respiration du Soleil Intérieur pour le système immunitaire

Pratiquez 3min ou 3 fois 3 min avec 1 min de pause entre chaque fois. Couvrir la tête.

Concentration dans le Rêve de Médecine Yawanawa

« Etre Yawanawa, c’est être libre, naître libre, vivre libre et mourir libre. »

Voici une invitation exceptionnelle, non seulement car elle nous suggère de nous rendre à l’autre bout du monde au cœur de la magnificence amazonienne, biodiversité à la fois étincelante et mille fois blessées, brûlante d’espoirs farouches et de luttes passionnées pour sa survie. Aussi car elle nous propose de combiner ce voyage extérieur à une révélation intérieure unique, dans le cadre d’une concentration spirituelle de la communauté rare et authentique, ouverte pour la première fois de cette manière à un petit public étranger.

13669500_10154645774158132_4889763415933170684_o

Matsini Yawanawa, ami de longue date de l’association Yogash, nous invite à un rassemblement intime et dédié: une Concentration avec la Médecine et les Chants Yawanawa des jeunes de la tribu, avec la participation de tous les leaders spirituels du peuple. Seront notamment présents sa sœur Hushahu première femme chamane Yawanawa, les plus anciens gardiens spirituels Tata et Yawa, le couple de leaders communautaires Biraci et Putanny, ainsi que de nombreux jeunes étudiants approfondis venant grossir les rangs de la relève identitaire du peuple.

« Qui est le chamane Tata Txanu Natasheni Yawanawa ? » Par Tashka Yawanawa et l’Association Socioculturelle Yawanawa

Assis sur un hamac, un chamane prie toute la nuit pour soigner une personne malade. Il prie aussi pour toute la communauté, pour qu’elle vive en bonne santé et en harmonie avec les gens et l’environnement.

Joao Ferreira en portugais et Tata Txanu Natasheni en Yawanawa, bringuebalant, au visage doux, à la démarche légère, à la petite voix, c’est Tata. Vous vous trompez si vous pensez qu’il est une personne fragile. Tata a le pouvoir de causer de l’envie à toute jeune personne. Il dirige, chante et danse toute la journée et toute la nuit pendant 5 jours de festival communautaire. Qui a le privilège et l’honneur de le connaître découvre que ce vieil homme si humble et tranquille est un Roi dans le monde spirituel.

Tata a dédié sa vie à la spiritualité Yawanwa: alors que de nombreux jeunes profitaient de la vie, il a marché sur la voie des anciens. Il s’est assis dans les grandes congrégations de l’Uni (Ayahuasca) avec de grands chamanes, a écouté les chants et les prières avec attention. Quand on lui demandait d’où venait son intérêt pour être un apprenti chamane si jeune, il répondait que c’était pour quand les plus vieux ne seraient plus en vie, qu’il puisse continuer à passer la connaissance du monde spirituel à notre peuple. (…)

13710726_10154645772528132_4361410324096788877_o

Dans le village de Mutum où a lieu la rencontre, un Ecole Traditionnelle permet aux enfants âgés de 7 à 14 ans d’apprendre leur langue native, les légendes traditionnelles, les pratiques spirituelles anciennes et la connaissance des plantes sacrées transmis de génération en génération, en leur fournissant nourriture, abris et matériel scolaire. Les bénéfices de la rencontre seront reversés à cette école.

Rever terre 250Intermédiation culturelle, traduction, accompagnement holistique personnalisé: Mukhande Kaur (Solen Amk, amie du peuple Yawanawa depuis 10 ans)

Budget approximatif : 2500euros au départ de la France. Extension possible à moindre coût.

Infos: assoyogash@gmail.com

Une présentation des Yawa par Indigenous Celebration

Les Yawa en représentation aux Etats-Unis

« Ceux qui veulent apprendre ne se distraient pas à l’extérieur. Le monde spirituel n’a pas de compétition. Le monde spirituel est à l’intérieur de nous. » Benki Ashaninka, leader amazonien