Interview avec Gurudev Singh, juillet 2013

gurudev4

Guru Dev Singh est originaire du Mexique. Il a étudié les traditions indigènes de son pays, notamment avec un indien Totonaque dont il est devenu le disciple. Dans les années 70, il a commencé la pratique du Kundalini Yoga. Aujourd’hui, la première mission de Guru Dev Singh est d’enseigner le Sat Nam Rasayan®, un art scientifique de guérison directement transmis par Yogi Bhajan, qui prend ses origines dans un état de profond silence intérieur nommé Shunya.

Question – Dans quelle mesure y a-t-il un problème à mélanger les pratiques traditionnelles ?

Vous ne pouvez pas éviter d’être touché par les différentes traditions. Voilà ce qu’il se passe : pour obtenir une expérience spécifique, il est très difficile de mélanger les systèmes. Il y a des structures intérieures aux différents systèmes qui permettent de garantir l’expérience qu’ils proposent. Je suppose qu’il y a des systèmes qui ne sont pas en conflit. Mais supposons que le Kundalini Yoga, tel que Yogi Bhajan l’a enseigné, soit une tradition non-dualiste. Alors, supposez que vous décidez d’avoir un contact avec le chamanisme, vous avez vraiment besoin d’ouvrir votre espace de tolérance, parce que c’est un état de conflit profond. Le conflit est que dans le chamanisme, vous localisez un endroit où Dieu est plus présent que dans un autre et à ce moment-là, vous avez produit une discrimination, alors vous êtes dans un état de dualité, que vous ne pouvez pas maintenir. En tout cas, le chamanisme aura un effet, de la même façon que le Kundalini Yoga a un effet. Le problème est comment éviter de vous trouver dans un paradoxe. Je pense qu’il est impossible de ne pas être en lien avec différentes traditions. Mais en tant que chercheur ou praticien d’une tradition spécifique, vous avez besoin de vous attacher à votre tradition d’une manière solide et non polluée.

Question – En quoi la voie spécifique du Kundalini Yoga permet d’atteindre un état
de conscience universelle ?

Au moment où vous dites cela, vous êtes déjà en conflit avec le non-dualiste. Dans votre déclaration, vous faites du dualisme. Y a-t-il une conscience qui n’est pas universelle ? Si vous dites que oui, vous êtes dualiste ; si vous dites que non, vous êtes non-dualiste. Alors, où est le problème ? Le problème n’est pas d’atteindre la conscience universelle parce qu’il n’y a pas de lieu où l’atteindre. Elle est déjà. Le problème est que vous êtes distrait et que vous regardez seulement un morceau de
cet état de conscience. Alors, que fait le Kundalini Yoga ? Le Kundalini Yoga casse la condition qui vous différencie. Il fonctionne d’une façon très simple : vous augmentez le niveau de tolérance du système pour contenir la relation. Et la source
principale est le Shunya. Shunya n’est pas juste un « Oh, allons en Shunya. » et on y est. Non, c’est une réalisation de soi en cet état. Comme Yogi Bhajan l’a enseigné, vous n’avez pas besoin d’« atteindre » Shunya, puisque Shunya « est » déjà. Le problème est : pouvez-vous le contenir ou non ? Et cela dépend du niveau de tolérance dans votre système. Cela inclut le système nerveux, mais dépend aussi de votre système glandulaire et de comment vos canaux sont ouverts ou que vous êtes contracté. Toute la pratique de Kundalini Yoga est pour cette expérience. Et il n’y a pas un moment où vous commencez, ou un moment où vous finirez. L’expérience
arrive au moment où l’expérience arrive. Ce n’est pas comme si vous deviez passer par un processus pour arriver à un certain endroit. Vous êtes déjà là. Le problème est : en êtes-vous conscients ou non ? Alors, qu’avez-vous besoin de faire ? Vous avez besoin de nettoyer vos conditions qui ne vous permettent pas d’être conscient d’où vous êtes, et cela est le Kundalini Yoga. Et où le Kundalini Yoga se termine-t-il ? Au moment où vous fusionnez, quand vous et le Tout êtes non différenciés.