IMG_6505

Tabac Plante sacrée

L’empoisonnement des plantes… Cosmovision Ashaninka

La cosmovision du peuple Ashaninka (Brésil, Pérou) envisage le Mal sous la forme d’un esprit n’acceptant pas sa filiation au Grand Esprit (Conscience Suprême). Cette entité colérique empoisonne les plantes et, par conséquent, les peuples et ce qui pouvait les soigner.

Aujourd’hui, le tabac est effectivement une plante « empoisonnée » par :

  • des engrais toxiques – pour lui donner un certain goût ;
  • un stress oxydant latent modifiant sa composition ;
  • des produits radioactifs présents lors de sa croissance ;
  • des additifs, sucres, humidifiant, ammoniac – pour faciliter son absorption et augmenter l’addiction à son égard ;
  • l’ajout de filtre et papier toxiques au moment de la consommation…

Une partie des pratiques cérémonielles traditionnelles avec le tabac consiste à exprimer respect et gratitude à cette plante et au règne du Vivant, afin d’honorer nos liens.

10959317_340097036179237_2452476427003887904_n

Heureuse arrivée du tabac en Europe

C’est Jean Nicot qui démocratise l’usage du tabac en France, en en prescrivant au fils de Catherine de Médicis souffrant de maux de tête. Cet acte a donné au tabac les appellations Nicotiana ou herbe à Nicot.

Le tabac commence à être utilisé pour répondre à différents symptômes :

  • toux, sinusites, bronchites, maux de têtes,
  • parasites intestinaux,
  • goutte,
  • tétanos,
  • addictions, folie,
  • calmer les douleurs, la faim, la fatigue,
  • clarifier les idées,
  • s’ancrer, dans le cas de la médiumnité (Helena Blavatski)…

Autres applications traditionnelles

Le tabac est utilisé dans les parcours initiatiques traditionnels de développement personnel, à des fins de concentration, de prière, de communication avec le monde invisible, de renforcement spirituel et d’exorcisme.

Il peut être utilisé à des fins sociales : lors du rituel du calumet de la paix, la pipe est passée successivement aux membres de la communauté qui expriment à voix haute des paroles bien intentionnées. Ainsi s’établit un élan de réconciliation et de coopération.

Le tabac est utilisé par les familles pour des usages quotidiens tels que : anti-moustique, ou dans les plantations pour éloigner le cobra.

IMG_6507

La place du tabac chez les Premières Nations

Le tabac est une plante véritablement centrale pour la construction de l’identité ancestrale… comme en témoigne l’histoire de Femme Bison Blanche.

Dans la cosmovision nord-amérindienne Sioux-Lakota, ce personnage mythique apporte les éléments fondateurs des pratiques des Peuples, dont la pipe sacrée bourrée de tabac traditionnel. Cette plante sous-tend l’architecture de 7 rituels initiatiques, un appel général à l’art de vivre harmonieux et l’horizon d’une transformation radicale de l’espèce humaine – qui pourrait alors se mélanger pour toujours aux êtres de dimension céleste.

Quand (Femme Bison) eut bouclé le cercle, elle leva la Pipe bien haut vers le ciel, pour prier et instruire le peuple: ‘Je suis vos cœurs. Nous ne formons qu’un, un peuple, un esprit. Nous sommes la nation du bison.’

Puis elle chanta: ‘Je vous donne cette Terre,
vous y marcherez d’un pas sacré.
Vous marcherez, en parfait équilibre avec notre Grand-mère la Terre.
Je vous donne cette Pipe sacrée.
Avec elle vous prierez
pour tout ce qui vit – les créatures qui marchent, volent, nagent et rampent.

S’adressant au peuple, elle ajouta: ‘Un jour, je reviendrai, et ce sera pour toujours. Alors commencera une nouvelle vie, et une nouvelle intelligence.’ Prophétie Sioux-Lakota

546c4f646904876bc642ccba04501eb3

Chemin d’Intériorité

L’initiatrice donne la mort… Cosmogonie nord-amérindienne

De manière tout à fait symbolique et prophétique, dans le mythe de Femme Bison Blanche, celle-ci donne d’abord la mort au premier chasseur qui s’approche d’elle avec des intentions impures de convoitise et de plaisir des sens. Le tabac est un ‘farmakon’ dans le sens étymologique grec du terme : un remède ou bien un poison selon l’usage qu’on en fait.

Au niveau gnostique, le tabac véhicule une expérience d’apprentissage par la rencontre avec la dualité : celle du pouvoir de la plante et celle qui siège en nous-mêmes. On retrouve ici la perspective de la connaissance par l’ingestion d’Eve et Adam du ‘fruit interdit’. La connaissance spirituelle nous invite à renverser la tendance du désir personnel. La voie traditionnelle du tabac peut soigner notre soif de satisfaction extérieure, en nous ramenant sur le chemin de l’intériorité et du Soi.

Nous sommes les enfants du tabac et de la coca. Elles nous ont été données par le créateur, pour que nous cherchions par nous-mêmes la sagesse. Peuple Murui