Tous les articles par Yogash

Yoga(s) et Soin

Yoga(s)
Soin
Kundalini Yoga pour l’ère du Verseau

Integral yoga & health policies

Sri Aurobindo:

  1. Disease is needlessly prolonged & ends in death oftener than is inevitable, because the mind of the patient support & dwells upon the disease of his body.
  1. Medical Science has been more a curse to mankind than a blessing. It has broken the force of epidemics and unveiled a marvelous surgery; but, also, it has weakened the natural health  of man and multiplied individual diseases; it has implanted fear and dependence in the mind and body; it has taught our health to repose not on natural soundness but a rickety & distasteful crutch compact from the mineral and vegetable kingdom.
  1. The doctor aims a drug at a disease; sometimes it hits, sometimes misses. The misses are left out of account, the hits treasured up, reckoned and systematized into a science.
  1. We laugh at the savage for his faith in the medicine man; but how are the civilized less superstitious who have faith in the doctors? The savages find that when a certain incantation is repeated, he often recovers from a certain disease; he believes. The civilized patient finds that when he doses himself according to a certain prescription, he often recovers from a certain disease; he believes. Where is the difference?
  1. The north-country Indian herdsman, attacked by fever, sits in the chill stream of a river for an hour or more & rises up free & healthy. If the educated man did the same, he would perish, not because the same remedy in its nature kills one & cures another, but because our bodies have been fatally indoctrinated by the mind into false habits.
  1. It is not the medicine that cures so much as the patient’s faith in the doctor and the medicine. Both are a clumsy substitute for the natural faith in one’s own self-power which they have themselves destroyed.
  1. The healthiest age of mankind were those in which there were the fewest remedies.
  1. The most robust and healthy race left on earth were the African savages; but how long can they so remain after their physical consciousness has been contaminated by the mental aberration of the civilized?
  1. We ought to use the divine health in us to cure and prevent diseases; but Galen and Hippocrates & their tribe have given us instead an armory of drugs and barbarous Latin hocus-pocus as our physical gospel.
  1. Medical Science is well-meaning and its practitioners often benevolent and not seldom self-sacrificing; but when did the well-meaning of the ignorant save them from harm-doing?
  1. If all remedies were really and in themselves efficacious and all medical theories sound, how would that console for our lost natural health and vitality? The upas-tree is sound in all its parts, but it is still a upas-tree.
  1. The spirit within us is the only all-efficient doctor and submission of the body to it the only true panacea.
  1. God within is infinite and self-fulfilling Will. Unappalled by the fear of death, canst thou leave to Him, not as an experiment, with a calm & entire faith thy ailments? Thou shalt find in the end that He exceeds the skill of a million doctors.
  1. Health protected by twenty thousand precautions is gospel of the doctor; but it is not God’s evangel for the body, nor Nature’s.
  1. Man was once naturally healthy and could revert to that primal condition if he were suffered; but Medical Science pursues our body with an innumerable pack of drugs and assails the imagination with ravening hordes of microbes.
  1. I would rather die and have done with it then spend life in defending myself against a phantasmal siege of microbes. If that is to be barbarous (and) unenlightened, I embrace gladly my Cimmerian darkness.
  1. Surgeons save & cure by cutting and maiming. Why not rather seek to discover Nature’s direct all-powerful remedies?
  1. It should take long for self-cure to replace medicine, because of the fear, self-distrust and unnatural physical reliance on drugs which Medical Science has taught to our minds & bodies & made our second nature. 
  1. Medicine is necessary for our bodies in disease only because our bodies have learned the art of not getting well without medicine. Even so, one sees often that the moment Nature chooses for recovery is that in which the life is abandoned as hopeless by the doctors.
  1. Distrust of the curative power within us was our physical fall from Paradise. Medical Science and a bad heredity are the two angels of God who stand at the gates to forbid our return and reentry.
  1. Medical Science to the human body is like a great Power which enfeebles a smaller State by its protection or like a benevolent robber who knocks his victim flat and riddles him with wounds in order that he may devote his life to healing & serving the shattered body.
  1. Drugs often cure the body when they do not merely trouble or poison it, but only if their physical attack on the disease is supported by the force of the spirit; if that force can be made to work freely, drugs are at once superfluous.

May we all live in peace and harmony,

Inspire and respect each other,

Find our collective ways to live as One People on One Planet.

Om Tat Sat

Mukhande, 25.05.21

 

Pensée des Peuples Premiers

Pensée des Peuples Premiers

 

Aujourd’hui, les Peuples peuvent porter un regard unique sur notre passage planétaire. Sommes-nous à leur écoute ? « Pour collaborer avec la médecine occidentale, il faudrait que celle-ci accepte d’abord de nous reconnaître entièrement pour ce que nous sommes. Nous n’avons pas encore trouvé de terrain d’entente. » (Tashka Yawanawa)

On peut considérer les Peuples Premiers comme des populations soudées par une identité spirituelle dominante, à caractère ancestrale, intégrant un rapport particulièrement équilibré à leur environnement.

C’est bien l’identité spirituelle, plus que l’identité génétique, qui définit en premier lieu, leur appartenance à un même tronc (Benki Ashaninka). Cette identité spirituelle repose sur une vision du monde, un langage, un ensemble de connaissances, de savoir-faire, manières de vivre…

 

Les systèmes de connaissances ancestrales ne sont pas figés : face à de nouveaux paysages relationnels, économiques, technologiques… les Peuples s’ouvrent, écoutent, recherchent et cultivent continuellement leur voie d’équilibre évolutif, comme ils le font depuis la nuit des temps face à un monde de cycles et de mouvements. Leurs structures internes, sociales, philosophiques, architecturales… sont souvent particulièrement résilientes.

Pourquoi cette souplesse ? Comment cette stabilité malléable ? Le prisme de la Pensée Première abrite pleinement l’Inconnu, comme partie de la Totalité de ce qui Est. Les Peuples maintiennent notamment un lien évident et valorisant à la Mort. Dans leur posture d’appartenance à une planète plus grande et mystérieuse qu’eux-mêmes (« L’homme appartient à la Terre et non l’inverse »), ils contiennent la possibilité de ce qu’ils ne savent pas. Au cœur même de leur champ/chant identitaire interrogeant le sens de leur existence, Ils ont pleinement apprivoisé l’ascendance de forces irrésistibles de repositionnement.

 

Les Peuples Premiers vivent selon des Lois qu’ils considèrent universelles, en ce qu’elles sont protectrices et valorisantes du Vivant. Ces Lois nous parlent principalement d’interdépendance subtile et de gratitude authentique (Aluna). Ces Lois sous-tendent une intelligence organisationnelle se manifestant sous des formes, effectivement, d’apparence universelle, puisque transversales à beaucoup de Peuples Premiers. Par exemple :

– le Cercle de réflexion (bâton de parole),

– les rites initiatiques (purification et affirmation de soi),

– la place accordée aux gardiens des connaissances – anciens, chamanes, prophètes, visionnaires, mystiques…

 

Avant de chercher à intégrer, peut-être, certaines de ces formes organisationnelles dans nos sociétés, demandons-nous comment toucher l’essence des Lois qui les sous-tendent. La contemplation profonde et la méditation ouvriront certainement une brèche pour approcher la Pensée Première.

 

Solen Mukhande Penchèvre

6.5.21

Rêver: Transe ancestrale & Style de Vie

Avril 2021

Invitée au Cercle Nouvelle Terre d’Alexandre Keyland en Aude, je prends la parole sur le sujet de la Transe chamanique ancestrale et de l’Art de vivre pour « Rêver une nouvelle Terre ». Je mets notamment en perspective l’aspect de la pensée créatrice murie par la concentration, soutenue et déployée par un style de vie conscient. J’aborde aussi la transe comme un lieu de communion et d’alliance avec des forces puissantes au service du Vivant planétaire.

 

Du Chaos à l’Harmonie – Film Inress

Mai 2020

Clara aka Tara, Antonin Tonatyu et moi-même, Mukhande, avons eu l’honneur d’être invités par l’Inress à guider un processus cérémoniel chamanique dans la forêt de Brocéliande sur plusieurs jours, afin d’accompagner la production du film « Du Chaos à l’Harmonie » de Sébastien Lili et son équipe.

Les images apparaissent en filigrane du film documentaire intégrant les interviews de plusieurs personnalités de la résilience des sociétés (Pierre Rabhi, Frédérique Lenoir, Matthieu Ricard, Romuald Leterrier, Idriss Aberkane, Paul Watson… – casting certes encore très masculin selon les manières historiques de l’Inress! que le masculin sacré en soit révélé!), personnalités qui s’interrogent sur les voies de l’Harmonie, au travers de notre apparent chaos actuel.

Vous pouvez visionner le film ici: https://duchaosalharmonie-lefilm.com/

Avec ma petite équipe, nous avons oeuvrer au coeur de cette forêt française chargée de mythes. Nous nous sommes notamment sentis guider pour méditer, chanter et invoquer les forces universelles, afin de libérer les voies de l’amour, celles des droits des enfants et les écosystèmes de nos territoires.

Agnihotra in France… spreading the spirit of yagna

Article écrit pour le journal de la communauté internationale Agnihotra, décembre 2020, par Solen Mukhande

 

February 2019, I came back to France after a 6 months journey in India and Australia, an insightful journey of inner teachings and outer marvels, that ended up in such a luminosity, when I met Agnihotra in Perth and then visit Om Shree Dam a few days before my return flight. From there on, practicing Agnihotra and reflecting on the five-fold path have been such a personal shelter for me and my son, that I guess it has spread naturally in my relations…

I have been working as a (shamanic/holistic) therapist, a (kriya) yoga teacher, an author, a cultural event and spiritual immersion producer… those kind of social interfaces where homa therapy could easily be introduced and reach out new audience. A dozen of soul sisters in different areas of the country have been touched by the consciousness of the path and have begun to practice Agnihotra very regularly, gracefully irradiating in their areas. A few colleagues from the kundalini yoga community have also aspired to go deeper with the vision, thinking about creating a dedicated farm with cows.

I often felt that the spirit of the Vedic fire itself was guiding me to land, share and serve in specific ways, time and place, beyond what I could have ever planned, organized or structured from my personal position. It has been as if sunrise and sunset fires were creating portals of alignment and restructuration, that would blow into my reality special opportunities… in order to mix and expand the purest vibes of this “pranic medicine” on Earth.

A few days before the first lock down in France, March 2020, I went to visit Bhrugu Aranya, Poland. I cherish my short but blessed immersion over there. Their project of Center of Light really resonated as a possible new point for deep human regeneration here in Europe, in a close future. I might be back there in a while… with a new rising tribe of rainbow warriors, praying strong and steel for the rebirth of Planet Earth! In the meanwhile, I keep up day after day with the winds of transition, lightning these fires on the ashes of the residual pasts. Facing the flames I listen to nature and I come back to my here and now, where all dream come true…

 

Thank you for all your fires!

One Team One Heart One Mind

And thank you to the Elders of Homa Therapy community for their service ¤

Les Yawanawa face au Covid, août 2020

S’immerger d’avantage dans l’univers des Peuples d’Amazonie et découvrir l’appel de moines bouddhistes à les soutenir: https://www.youtube.com/watch?v=zSSCOPAATu0

Les Yawanawa face au Covid… Echanges inspirants avec le chef Yawanawa, 28 aout 2020

« Bonjour Solen. Bonsoir. Je sais qu’il est déjà tard en France.

Nous, comme tu le sais, sommes dans un moment très délicat au Brésil. On a un gouvernement anti-indigène, qui a inspiré la violence envers les peuples indigènes, de nombreux assassinats au Brésil de leaders indigènes, pour prendre les territoires, de nombreuses invasions de garimpeiros (chercheurs clandestins d’or), de bûcherons dans les aires indigènes… des fazendeiros envahissant les terres et tuant les personnes pour donner continuité à leurs fermes. On a un gouvernement complètement anti-indigène au Brésil. J’ai 56 ans, je n’ai jamais vu un gouvernement autant contre les peuples indigènes. Le gouvernement de la dictature n’avait pas massacré autant d’indiens que ce gouvernement. Cela ne suffit pas qu’il y ait ce moment de problèmes politiques, il y a aussi cette pandémie du Coronavirus. On a perdu et on continue de perdre, par cette pandémie, de nombreux leaders qui ont formé le mouvement indigène.

Nous, les Yawanawa, avons mis une grande attention pour ne pas être contaminés. Mais ce virus est entré sur notre terre indigène et a contaminé de nombreuses personnes. On a perdu une personne importante, mon oncle, le fils du grand-père Antonio Luiz qui avait réalisé le « contact », mon oncle Xico, mais cela a été dû à un manque d’attention de notre part. Nous sommes aujourd’hui huit villages sur la terre indigène. La famille a eu très peur, n’a pas eu le courage d’assumer et de prendre soin. Nous nous sommes reconnectés à notre énergie avec nos médecines. Nous, sans informatique, sans avoir lu sur les périodes d’incubation, sans aucun remède, avons soigné tout notre peuple avec notre médecine. Je crois que 60 à 80% des Yawanawa ont été contaminés. J’ai été contaminé. J’ai été infecté par ce virus. Mais notre spiritualité et notre médecine ont tenu la barre fermement, sortant notre peuple d’un possible effondrement qui aurait pu signifier l’extermination tel que cela est arrivé par le passé. On a repris nos médecines. On a eu très peur. Mais maintenant on a beaucoup de courage.

Mais on ne reçoit plus de personnes de l’extérieur. Les personnes nous aidaient à acheter de l’essence, du matériel pour travailler, des munitions, tout ce que nous utilisons du monde occidental, au travers des retraites et des festivals qui touchaient leurs vies. C’était notre rémunération et cela s’est arrêté. Aujourd’hui nous n’avons plus de rémunération et jusqu’à la fin de cette année nous n’allons plus recevoir personne. Nous ne sortons pas non plus pour travailler. Nous avons donc une certaine difficulté. Nous avons de la nourriture. Nous avons beaucoup de bananes, de manioc, de maïs. Mais il nous manque certaines choses. Nous maintenons l’isolement car de nombreuses personnes n’ont pas été contaminées. On passe cette période comme nous le pouvons. Je suis content que tu fasses ce contact avec moi et que tu me rapportes que certaines personnes souhaitent aider. J’espère que réellement elles peuvent nous aider et que nous puissions leur rendre un jour avec respect et tendresse dans notre forêt.

(…)

Au début quand notre peuple a fait le contact avec l’homme blanc, nous ne connaissions pas cette maladie de la grippe, de la toux et les autres. Ensuite est venue la tuberculose puis l’hépatite. Le cancer plus récemment. La grippe a tué de nombreux peuples amérindiens. Notre peuple a développé de nombreuses études pour traiter notre famille. Les gens connaissent déjà cette maladie, ses esprits.

Par exemple, quand la pandémie est arrivée, j’ai fait une pratique de prière pour plus de 140 enfants. Nos enfants se lèvent et se couchent ensemble, côte à côte. Aucun de nos enfants n’a été malade. Les vieux, anciens, qui sont considérés comme personnes à risque, on leur a aussi soufflé nos prières. Le seul ancien que nous avons perdu est celui de ce premier village où la prière n’avait été faite, car le village était éloigné du nôtre.

Aujourd’hui, c’est moi et Matsini qui travaillons à la prière de guérison pour le peuple Yawanawa, personne d’autre… Cela a véritablement permis de sauver notre peuple, avec nos médecines ancestrales. Nous avons des inhalations pour le nez bouché, pour le mal de tête, la fièvre, l’épilepsie… cette maladie est spirituelle, pour la plus grande partie. Mais les médecins ont dû lui donner un nom, la science a dû lui donner un nom…

(…)

En vérité, Solen, à ceux qui pensent nous aider : nous aimerions faire des plantations médicinales de notre connaissance, de plantes qui se perdent et qui nous ont sauvé de cette pandémie. Si nous avions dépendu des remèdes industriels, notre peuple se serait éteint. Mais grâce à Dieu, nous avons nos connaissances. Je voudrais faire un jardin médicinal, une agro-forêt et des plantations, pour prévenir d’autres pandémies et d’autres moments de difficultés à venir. Je veux une donation pour acheter des équipements et faire de grands espaces dédiés à nos médecines. »

S’immerger d’avantage dans l’univers des Peuples d’Amazonie et découvrir l’appel de moines bouddhistes à les soutenir: https://www.youtube.com/watch?v=zSSCOPAATu0